Web Gallery of Art | une galerie d’art, des expos de peinture, dessin, sculpture, ?

rachid bali

mardi 22 juillet 2008, par Webmaster

RACHID BALI

Né à Ahfir region d oujda le 12 novembre 1967

En 1988, après avoir obtenu son baccalauréat de lettres modernes, il choisit de suivre une formation artistique se sentant attiré par la peinture dès le plus jeune âge.

Après avoir réussi le test d’entrée, il a été accepté à l’école nationale des Beaux-Arts de Tétouan (Maroc). Lors de la deuxième année, il reçut le premier prix du concours de la ville, organisé par l’école à l’occasion de la fête du trône (3 mars 1990). Pour cette occasion, il s’agissait d’un paysage pour l’étude duquel il mit au point une théorie sur l’étude technologique des couleurs : former une perspective dans une seule nuance de couleur (vert), travaillée au couteau, en jouant sur les contrastes quantité/qualité, chaud/froid, clair/obscur.

Au cours de la troisième année, il fut sélectionné pour son sérieux et la qualité de son travail, par le directeur de l’école, monsieur Abdelkrim el Ouazzani , avec un autre élève des Beaux-Arts, Abdelwahad Lawkili, pour un travail spectaculaire. Il s’agissait de réaliser une sculpture mobile pour assurer la publicité d’une entreprise d allumettes.

Au bout de 4 ans de formation, il a reçu son diplôme de fin d’études, section « peinture ».

Bien qu’ayant l’envie de poursuivre ses études en Europe, il choisit de prendre une année sabbatique afin de reprendre son souffle. Mais, durant cette année, des occasions se sont présentées à lui : la municipalité d’Oujda mit à sa disposition un atelier au sein d’un complexe culturel, avant de lui proposer un poste de fonctionnaire. Le complexe culturel Pasteur ayant fermé, il a travaillé dans divers services.

Il présenta son travail dans 2 expositions officielles : en 1992, les travaux issus de sa période de formation aux Beaux-Arts et quelques portraits d’enfants ; en 1995, l’exposition « Oujda réalité » révéla la souffrance des enfants et des femmes d’un quartier pauvre de la ville. Déçu par le manque de soutien et les réactions, il ne s’autorisa plus que des expositions officieuses au sein de son quartier, à l’issue desquelles, il offrait ses dessins pour les partager avec son entourage.

Dans son atelier, il pratique la calligraphie pour la ville, mais le plus important pour lui, c’est de mener une série de recherches pour son propre compte. Il s’agit de révéler la poésie sous-jacente contenue dans la calligraphie. Une porte s’était ouverte pour lui de 2000 à 2004, et la piste s’est complètement éclaircie depuis. Il a réussi progressivement à faire émerger cette poésie en changeant la fonction des lettres et des mots pour qu’ils redeviennent juste des lignes picturales sur un fond de couleur.

Votre email : rachidjarjour@yahoo.ca

Portfolio

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0